Il m'aura fallu 2 soirées pour lire Le Pont de la révolte, ma psy me l'avait conseillé depuis longtemps, elle m'avait dit à de nombreuses reprises que Daniel Prévost avait vécu une histoire similaire à la mienne. Et en lisant ce livre, je comprends à quel point c'était vrai, j'ai pleuré, la boite de mouchoir à côté de moi, à chaque souvenir qu'il évoque, à chaque lien avec ma propre histoire. Plus que tout, il m'a redonné espoir, en la vie, en moi-même.
Pour une fois, je me suis sentie comprise, moins seule. Dans ma bulle familiale, j'étais seule, au regard de mes camarades, j'étais seule. Plus tard, avec mes amis, même si certains ont aussi leur histoire, parfois lourde, malgré les points communs, je me sentais entendu, comprise mais toujours seule.

Aujourd'hui, ce n'est plus le cas, des histoires de ce genre, je sais qu'il y en a d'autres, ce que je me refusais de croire (d'habitude, on se dit toujours : "Ca n'arrive qu'aux autres", ici je me disais "ca n'arrive qu'à moi"). Peut-être que je ne voulais surtout pas voir que d'autres ont réussi à s'en sortir avec la même histoire, plus facile de rester dans l'inconnu. Ici, Denis, ou plutôt Daniel, a mis longtemps pour avancer vers le chemin de la vérité, pour avancer sur le chemin de sa vérité. Alors je suis aussi rassurée, je peux avancer, à mon rythme, je n'ai pas d'obligations. Il a trouvé, aujourd'hui il sait. Demain, j'aimerai savoir.

Résumé (Repris chez l'éditeur Gallimard): Né d'un père inconnu et d'une mère silencieuse, Denis devient un adolescent à l'identité tronquée pour cause de secret familial.
Jusqu'au jour où, adulte, une rencontre fortuite le met sur la piste de ses origines kabyles...
Commence alors une formidable enquête, où humour et tendresse ne sont pas les armes les moins efficaces, qui mènera Denis de l'autre côté de la Méditerranée à Taghzout, le village qui vit naître son père. L'accueil émouvant que reçoit ce fils retrouvé le réconciliera avec la part manquante de lui-même.
Denis pourra alors renaître en Daniel, Il devenir Je.