passeurVoilà le petit dernier de ma collection BD, et oui, il s'agit encore d'une BD de Ced (Que je n'ai pas fait dédicacer, je me la garde sous le bras pour l'année prochaine, il va falloir trouver un défi sympa maintenant...). Le passeur d'âmes est le héros de la BD, autrement dit, le mec qui dans la mythologie te fait traverser le fleuve menant aux enfers (enfin, chez les morts, pas forcément du côté des méchants). Il fait "le boulot", comme tout ces ancètres avant lui, mais il doit garder ce rôle secret pour éviter tout risque de corruption. Alors bien sûr, il va lui arriver un certain nombre d'aventures pour sauver la belle. Mais je vais m'arrêter là côté scénario.

Si le dessin m'a beaucoup plus, je suis moins convaincue par le découpage et le scénario de cette BD. Je ne l'a trouve pas "abouti", car au final, on perd énormément de temps dans la présentation des personnages, et l'intrigue n'occupera qu'un tiers à peine de la BD avec une fin un peu brutal (mais si la dernière planche m'a bien fait marré).
Au final, on sort de la BD avec un "C'est tout ?".

Du coup, au lieu de mettre un massif 10/10, je m'en tiendrais à un 7.5/10, parce que j'ai bien ri aux Gags, j'ai aimé le dessin, j'ai aimé le thème de la BD, c'est plus au niveau macro de l'intrigue que j'ai eu la sensation de manque.

Quatrième de couv'(Repris sur le site de l'éditeur Makaka):

Bienvenue à Hellas, ville d’une Grèce Antique… bien contemporaine ! Ici vit Iota, un garçon ordinaire au travail singulier : il est passeur d’âmes. Tous les morts vous le diront : il n’y a pas mieux que lui pour leur faire traverser le fleuve Styx et goûter au repos éternel. Sauf ce jour-là, quand se présente sur la berge l’âme d’Elena, la fille dont il est fou amoureux. Pour la sauver, il va braver toutes les règles et se lancer dans une course-poursuite contre le système, les Dieux, le Destin…et la Mort.

La mythologie grecque revisitée par Ced et Waltch, c’est la promesse d’une aventure parsemée de références aux légendes antiques, sur fond d’histoire burlesque où Cerbère porte une minerve, où Zeus est un écrivain vedette et où Hermès est devenu le dieu des SMS et d’Internet…